La HK500 de Jean Binoche retrouvée au Brésil

Jean la hk500Binoche, alors ambassadeur en Norvège, avait fait l’acquisition en 1959 d’un coupé HK500 du constructeur français Facel Vega. La voiture l’avait suivi jusqu’au Brésil où il s’en était séparé lors de son retour en France. La voiture y est toujours, on a retrouvé sa trace.

C’est que le véhicule n’est pas n’importe quel modèle, suscitant aujourd’hui encore respect et admiration parmi les connaisseurs. Jean Binoche quitte le Brésil à la fin du mois d’août 1968. On verra plus loin qui lui rachète son petit bijou automobile. En 2018, un restaurateur brésilien de véhicules anciens,

mauricio marx

Mauricio Marx (à droite) sur le capot de la voiture de Jean Binoche

Mauricio Marx, annonce alors sur Instagram sa fierté de posséder ce rare exemplaire. Un Français repère cette annonce et la relaie le 18 janvier 2019 sur un site de passionnés d’automobiles, auto.caradisiac.com, en s’interrogeant sur son parcours. Quelques minutes plus tard (!), un autre adhérent du site identifie le véhicule comme celui ayant appartenu à Jean Binoche et renvoie… à la page de l’Arbre des Binoche consacrée au petit-fils d’Adolphe Binoche et fils de James. Le pic de lecture enregistré alors sur cette page alerte l’auteur du blog, qui remonte jusqu’à l’annonce Instagram.

 

logo facel vegaFacel Vega. Hormis les passionnés, qui connait encore ce constructeur français ? Les pilotes automobiles Stirling Moss et Maurice Trintignant en avaient fait leur véhicule personnel, Ava Gardner, Tony Curtis, le Shah d’Iran, le roi du Maroc comptaient parmi les heureux détenteurs de l’une des 490 HK500 produites entre 1958 et mai 1961. Malheureusement, c’est aussi dans une Facel Vega, conduite par Michel Gallimard, qu’Albert Camus trouve la mort le 4 janvier 1960 dans l’Yonne.

À l’origine, Bronzavia, une entreprise spécialisée dans la sous-traitance aéronautique, crée fin 1939 une filiale dénommée « Forges et Ateliers de Construction d’Eure-et-Loir » (Facel). Le directeur technique, Jean Daninos, va émigrer en 1941 aux États-Unis où il poursuit l’exploitation des brevets Bronzavia. A son retour en France après la guerre, il reprend la direction de Facel, qu’il fusionne avec Metallon, un importateur d’acier suédois. L’entreprise Facel-Metallon conçoit et produit des carrosseries automobiles, dont celle de la Bentley Cresta avec le designer italien Sergio Pininfarina. Un modèle qui va inspirer à Jean Daninos son premier modèle de constructeur. En 1951, La société est scindée en deux entités. Pour baptiser la branche automobile, Jean demande à son frère Pierre, qui vient de publier Les Carnets du major Thompson, de lui proposer un nom. Celui-ci lui soumet deux propositions, Comète et Vega. Vega, dans la constellation de la Lyre, est la plus brillante des étoiles visibles de l’hémisphère Nord, après Arcturus. La marque Facel-Vega va prétendre briller au firmament des constructeurs automobiles.

C’est en 1958 qu’est lancé le coupé HK500. Une dénomination qui lui vient de son rapport poids-puissance. Pour ceux qui ne sont pas familiers des performances mécaniques, ce rapport se calcule en divisant le poids de la voiture par la puissance du moteur. Elle s’exprime en Kg par Cheval, ou en anglais Horse-Kilo, HK. La Facel-Vega HK 500 pesait 1,7 tonnes ; son moteur Chrysler de 6,3 litres développait 360 chevaux. Soit en chiffre arrondi, 5 kilos à tracter par cheval. Des performances qui égalent les Ferrari et Aston Martin de l’époque.

Pour une vitesse de pointe de 230 km/h, le monstre routier peut avaler jusqu’à 30 litres aux 100 kilomètres, et il faut débourser l’équivalent de 150 000 euros actuels pour avoir le droit de s’asseoir à son volant.

Une série d’échanges avec Michel Revoy, responsable historique de l’Amicale Facel Vega (voir les sources) donne des précisions complémentaires. Jean Binoche fait l’acquisition du véhicule qui lui est livré le 10 juin 1959 à l’Ambassade de France à Oslo où il est en poste. Un courrier envoyé le 2 octobre 1959 au constructeur témoigne de sa satisfaction.

HK - M7 lettre Binoche

Une consommation de 16,3 l/km avec une vitesse de croisière de 160 km/h ravit Jean Binoche, qui exprime dans ce courrier au constructeur (Cliquer pour agrandir) toute la satisfaction que lui procure son acquisition (Source : Archives Amicale Facel Vega)

Jean Binoche emmène la HK500 avec lui (ou l’inverse) dans son poste suivant en 1962 en Yougoslavie, et lui fait faire la traversée (sur un navire des Chargeurs Réunis ?) vers Rio de Janeiro où il est nommé en novembre 1965. En août 1968, il vient d’avoir 65 ans et rentre en France. Le retraité n’a-t-il plus le goût de la vitesse ? Toujours est-il qu’il se sépare de son bolide, qui refait surface aujourd’hui et attend sa restauration dans le garage de Mauricio Marx. Celui-ci a indiqué à Michel Revoy (Amicale Facel Vega) que son père avait acheté la voiture 25 ans plus tôt à un ami, membre d’une « famille importante du Brésil », lequel en avait probablement fait l’acquisition directement auprès de Jean Binoche à l’été 1968.

HK500 Mauricio Marx.png

Brancher le son pour écouter la musique du moteur de la HK500

facel vega hk500

 


Sources

www.facel-vega.asso.fr

Un historique de Facel par l’Amicale Facel Vega en PDF

https://hymanltd.com/vehicles/5024-1959-facel-vega-hk500-coupe/

https://revistaautoesporte.globo.com/Noticias/noticia/2018/03/perfil-mauricio-marx-de-colecionador-vendedor-de-carros-antigos.html

Deux ouvrages pour en savoir plus sur Facel Vega

– FACEL VEGA : le grand tourisme à la française – Ed.ETAI – 2012  – Auteurs : Jean-Paul Chambrette, Dominique Bel, Michel Renou, Michel Revoy – 700 pages – 1100 illustrations (Prix Bellecour 2012)

– FACEL VEGA –  L’Essentiel, de Michel Renou  édité en 2018 par l’Amicale Facel Véga – 80 pages

 

Cet article, publié dans Brésil, Les enfants d'Adolphe, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La HK500 de Jean Binoche retrouvée au Brésil

  1. Eric Boulte dit :

    Merci pour cette curieuse et intéressante information. Jean était un homme de goût. Ce genre de trouvailles est une des joies de la recherche généalogique.Amicalement Éric Boulte

    J'aime

  2. Etienne Brachet dit :

    Toujours stupéfait par tes trouvailles .
    Bravo

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.